Page d'accueil
Livre d'or
Contact
ça se corrige "Brahim"
Nouveau"3ème A.P"
produit à la manière de...
BANQUE DE SUJETS
01.Documents officiels Ens.Primaire
02.Fiches pédagogiques 2ème année primaire
03. Fiches pédagogiques
04.Fiches pédagogiques 4ème année primaire
05 .Fiches pédagogiques 5ème année primaire
Activités ludiques
Fiches de lecture
Les vers du maitre
Citations
Martyrs de l'éducation
aux autres vivants
Souvenirs! Souvenirs...
Contes
Documents officiels 2ème A.S
Astuces d'enseignement
0.2.Enseignement Moyen
1ère année moyenne
2ème année moyenne
3ème année moyenne
4ème année moyenne
Brevet d'Enseignement Moyen
03.Enseignement Secondaire
1ère année secondaire
2ème année secondaire
3ème année secondaire
Baccalauréat
Compteur
produit à la manière de...

Produit à la manière
liberté de Paul Eluard
Remède contre l’oubli
 
Sur mon cahier journal
Sur celui de conférences
Vous ferez partie de mes annales
Auxquelles je donnerai plus d’importance.
 
Au prochain futur
Je changerai  mes leçons de lecture :
Plus de « Nabil qui va à l’école »
C’est au tour de Mouloud de prendre ce rôle.
A l’acquisition du son « ou »
Vous serez ce mot clé,
Ce mot à extirper et à faire répéter.
 
En exercice écrit de grammaire
Vous ferez toujours partie du GN
Je regarderai avec joie mes élèves analyser
Mouloud : Nom propre de personne.
Lors de l’expansion du nom
Je vous qualifierai de sincère, de bon
De l’homme au grand cœur
Qui  efface  la faute en corrigeant l’erreur.
 
Ainsi en leçons de vocabulaire  
Je leur ferai apprendre
A distinguer le sens du qualifiant propre
Et connaitre toute sa famille de mots.
 
Cependant, je tolérerais toute répétition du nom
Peu importe, s’ils n’utilisent pas les pronoms
Par contre, je serais intransigeant
S’ils n’écrivent pas Mouloud correctement.
 
A vous de me pardonner ces deux erreurs
Qui soulagent le cœur
Et merci ville de Sougueur
Qui m’a permis de côtoyer ce modeste Inspecteur.
Autour de la ville d’en être fier
De compter Da Mouloud parmi ses pères.
Surtout, ne corrigez pas les deux erreurs
Car de là, jaillira l’ingratitude de l’instituteur.
 
Je ne suis pas un poète
Je vous dicte le secret de ma recette :
Quand un sujet nous enflamme
L’impossible part de l’âme
Que les effets secondaires du traitement
Rendent à jamais notre père très content
 
Benmesbah Rabah
Le laboureur et ses enfants
L’Inspecteur et ses enseignants
 
Travaillez, prenez de la peine ,
C’est la recherche qui manque le moins
Un modeste Inspecteur sentant sa retraite prochaine
Fit venir ses enseignants et leur souleva plusieurs points
Gardez –vous, leur dit-il de perdre votre conscience
Et noyer les candides dans l’ignorance.
Cherchez, veillez et préparez minutieusement vos cours
Trouvez le procédé miracle, pour en être fier un jour.
L’Inspecteur part, les enseignants retournent en classe,
Ils veillent,  préparent mais ils se lassent
D’ici, delà, d’ici bien qu’au bout de la mensualité ,
Le modeste a su les faire patienter
D’ici, delà, d’ici bien qu’au bout de la scolarité
Le consolateur a su les faire supporter la coupure de l’électricité.
Le doyen en retraite récolte ses fruits ,
Retrouve sa considération parmi les gens instruits.
Les enseignants reprennent le même chemin
Ils veillent, préparent, en vain ils lèvent leurs mains :
Pas un centime de plus, pas même un joli visage .
Mais Da mouloud fut sage de leur montrer avant son départ :
Qu’enseigner est un art et la conscience est le seul trésor
Qu’ils récoltent après avoir marre, et encore !
D’ici, delà, d’ici bien qu’au bout de l’éternité
Da mouloud gardera sa fierté et sa dignité.
Enfin longue vie pleine de bonheur et de prospérité
A celui qui a su si bien les  orienter
 
Benmesbah Rabah
Thalt iyam Dhilamriou (03jours...) de Ait Menguelet
Les trois vies de l’Enseignant
La première est la plus formidable
Elle est innocente, blanche et inoubliable
Je retiendrai à tout jamais
Les images de ma première rentrée :
Du maitre qui ne cessait de me consoler,
Pour prendre place chez lui et étudier
Me séchant le visage des larmes
Et ne cessant point de purifier mon âme.
Au fur du temps, je l’ai beaucoup apprécié
En apprenant à lire, écrire et calculer.
Bien plus tard ,je me sentais plus endetté
Envers quelqu’un qui m’a tout facilité.
Alors en moi sont nés la vocation et le plaisir d’enseigner
Pour inculquer les bons principes et illuminer l’humanité.
 
Au cours de la seconde, j’ai appris à souffrir ,
J’ai appris que ce n’était point facile
Il fallait toujours me perfectionner et perdre du temps
Pour en gagner et élever le niveau de mes enfants.
En plus, il m’est interdit d’exprimer mes sentiments,
De revendiquer mes droits au respect et au logement.
Tant mieux, j’ai apprécié davantage le maitre
Qui n’a cessé de souffrir, de se taire……
 
La troisième, je n’aimerais pas la vivre
De là, je vois mon cœur me trahir .
Je suis toujours fier et je continuerai à l’être.
Je ne pourrais plus davantage souffrir
Plutôt mourir avant
Et être pleuré par quelques centaines d’enfants .
 
Benmesbah Rabah
A toi dirai-je maman
A toi dirai -je  maman 
Ce qui cause mon tourment 
Papa veut que je raisonne 
Comme une grande personne
moi je dis que les bonbons 
valent mieux que la raison
.

A vous dirai-je parents 
Ce qui cause mon tourment 
Le Maitre veut que je
répète
Toutes les phrases que je déteste
Moi,je dis que l'attention 
Vaut mieux que la répétition.

A vous dirai-je enseignant 
Ce qui cause mon tourment
Vous etes désigné du doigt
Des troubles qui se présentent chaque fois
Moi,je dis qu'un
petit logement
vaut mieux que leurs arguments
.

A vous dirai-je
inspecteur
Ce qui cause mon tourment 
D'autres décident à notre insu 
Des réformes aussi tordues
Moi,je dis que ma liberté 
Vaut mieux que leurs finalités.

A vous dirai-je président 
Ce qui cause mon tourment
L'algérie est le bien de certains
Alors que d'autres tendent leur main
Moi ,je dis que tout Algérien
A le droit que l'autre citoyen.

A toi dirai-je ma fille 
Ce qui cause mon tourment
Le grand chef veut que je raisonne
Comme une petite personne 
Moi,je revendique mon argent 
L'unique remède à mon tourment.
dit le maitre à sa petite fille
Benmesbah Rabah
 
                                              La fourmi
Une fourmi de dix-huit mètres
Avec un chapeau sur la tête
Ça n’existe pas, ça n’existe pas
Une fourmi trainant un char
 Plein de pingouins et de canards
Ça n’existe pas, ça n’existe pas
Une fourmi parlant français
Parlant latin et javanais
Ça n’existe pas ,ça n’existe pas
 Et pourquoi pas ?     
                                                                   Robert Desnos
  
                        Qui peut le croire ?
Un éléphant sur un cerf-volant
Qui peut le croire ?
Un dromadaire pilote d’un hélicoptère
Qui peut le croire ?
Un moustique champion de ski nautique
Qui peut le croire ?
Mais un enfant endormi tendrement
Dans les bras de son papa
Ça , tout le monde peut le croire
                           Angèle Benitah
Un enseignant dans son habitation
Sans se soucier à régulariser sa location
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Un enseignant dans une modeste voiture
Sans dettes contractées au long futur
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Un enseignant s’offrant des vacances
Sans négliger son élégance
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
Dans sa classe réalisant son devoir
Un enfant désirant connaître et être éduqué
Est vite mis a l’abri de la nécessité
Ça , tout le monde peut le croire !
 
 Benmesbah Rabah
 
                                              Le pélican
Le capitaine Jonathan
Etant âgé de dix huit ans
 Capture un jour un pélican
 Dans une ile de l’extrême orient
Le capitaine Jonathan
 Au matin, pond un œuf tout blanc
Et il sort un pélican
Lui ressemblant étonnamment
Et ce deuxième pélican
Pond a son tour ; un œuf tout blanc
D’où sort, inévitablement
Un autre qui en fait autant
Cela peut durer pendant très longtemps
Si l’on ne fait pas d’omette avant
                               Robert Desnos
 
 
L’être humain
Recherchant naïvement contact
Est très vite atteint
Par la contamination directe.
Le petit individu contaminé
Utilise les seringues non stérilisées
Et il transmet la malignité
A celle qui souffrira aussi.
Et cette victime de sa propre race
Transmet le virus à une autre de même espèce
Et accouche, inévitablement
Des bébés innocents qui en feront autant.
 Cela exterminera tous les êtres intelligents
Si l’on ne trouve pas de remède avant
                                                                                                         Le cercle des enseignants B.R.Djamel
A la claire fontaine.....
Au village agréable de Dahmouni
M’en allant me former
J’ai trouvé des amis si gentils
Que je me suis vite adapté
Il y a longtemps que je veux les voir
Sans jamais perdre espoir.
Au village plaisant de Dahmouni
M’en allant travailler
J’ai trouvé l’air si sensé
Que je me suis amplement amusé
Il y a longtemps que je veux me divertir
Sans jamais y parvenir.
Dans l’une de ses classes modérées
Je me suis bien reposé
Et sur l’estrade estropiée
Une institutrice modèle animait
Il y a longtemps que je veux autant savoir
Sans jamais perdre espoir.
Anime maitresse, anime ; toi qui a la volonté
Tu as l’expérience requise, moi je vieillis ; je suis fatigué
Il y a longtemps que je veux me rénover
Sans jamais progresser.
C’est pour ma routine qui ne veut plus me quitter
Pour d’autres loisirs que  je lui refusais
Il m’arrive quelque fois de vouloir la tuer
Sans jamais y arriver.
Je voudrais que la méthode soit d’actualité
Et que ma fidèle et douce routine soit enterrée
Il y a longtemps que je tourne les pouces
Sans jamais perdre espérance.
En quittant Dahmouni
J’ai salué et remercié mes amis
J’ai bien appris et compris
Que l’échange fructifie.
Tout en étant oisif
Je contemplais Bouchekif
M’incitant à être plus actif
En me débarrassant des procédés passifs.
Enfin, j’aurai comme même une pieuse pensée
Pour ma défunte routine bien aimée
Pour L’arrivée à  Sougueur
To be continued.....
 
les querelles des saisons
Le printemps : c’est moi que les gens préfèrent, je fais fleurir les pommiers et les cerisiers c’est moi qui amène la première hirondelle
L’hiver : c’est moi que les gens préfèrent parce que je remplis les puits et les rivières
L’été : ne vous disputez pas, c’est moi que les gens préfèrent, je fais murir les blés et les fruits, c’est moi qui accompagne les enfants en vacances
L’automne : je suis bien malheureux, parce qu’il n’y a plus d’eau dans les puits et les rivières, c’est pourtant moi que les gens préfèrent, parce que je leur donne les plus beaux fruits . C’est moi qui accompagne les enfants à l’école
 
Le ministre : c’est moi que les gens préfèrent, je choisis les  programmes et les finalités de l’éducation. C’est moi qui vous rémunère
L’inspecteur : c’est moi que les gens préfèrent  parce que j’explique tous les programmes et j’oriente les hommes de terrain
Le directeur : ne vous disputez pas, c’est moi que les gens préfèrent, je veille sur l’apprenant et l’enseignant. C’est moi qui gère  l’établissement
L’enseignant : je suis bien malheureux parce que je n’ai rien a donné de concret ; il n’y a aucun sou dans mes poches. C’EST POURTANT MOI QUE LES GENS préfèrent parce que je donne à cette nation les meilleurs résultats. C’est pourtant moi qui vous instruis et vous n’êtes rien sans moi et je n’existerai pas sans vous.
Benmesbah Rabah
 
Le chat : c’est moi que les humains préfèrent, je chasse tous les rats en leur évitant la peste
La poule : c’est moi que les humains préfèrent parce que je leur fournis  mes œufs pour leurs omelettes et de la viande blanche pour leurs régals
La vache : ne vous disputez pas , c’est moi que les humains préfèrent je leur fournis l’aliment le plus complet , ses dérivés et  d’autres produits .Je leur fournis du bifteck pour les régaler
Le chien : je suis bien malheureux avec ce vieil os, parce que je passe mes nuits dehors à surveiller le chat, la vache et l’homme, c’est pourtant moi que les humains préfèrent parce que je les  protège des  dangers, c’est moi qui suis plus fidele à l’homme. 
Benmesbah Rabah
 
                                              Un  livre pas comme les autres
Mansour est un Viel instituteur, il donne les cours aux élèves de deuxième palier. Il en connait tous les programmes
-Mais aujourd’hui Mansour ne comprend pas, il a le livre Didine entre les mains
Ce n’est pas  un livre comme les autres ! dit- il, il n y a pas d’exercices.
-          Non, dit Mira, les exercices se trouvent dans un autre livre
Mansour feuillette le livre
-          Je ne comprends rien, dit-il
Puis il reprend le livre et lit
-          Je ne comprends rien, rien
-          Bien sur, dit mira ; c’est un livre qui marche avec le temps
-          Moi je ne sais pas enseigner avec un livre qui marche avec le temps où il n’y a pas d’exercices. Va voir un nouvel instituteur
-          Ce livre est crédible et je suis venu pour l’offrir à votre enfant
-          Alors tant pis pour moi et tant mieux pour mon enfant .
 Benmesbah Rabah
 
Pour ma mère
Il  y a plus de fleurs
Pour ma mère, en mon cœur
Que dans tout les vergers
Plus de merles rieurs
Pour ma mère, en mon cœur
Que dans le monde entier
Et bien plus de baisers
Pour ma mère, en mon cœur
Qu’on n’en pourrait donner
 
Il y a plus de poussière
Dans la poitrine de l’instituteur
Que dans tous les aspirateurs
Plus de perte de mémoire
Pour l’instit, en ses souvenirs
Qu’aucun évènement n’est gravé
Et bien plus d’ingratitude
Pour l’instit, en son métier
Qu’on n’en pourrait exprimer
Benmesbah Rabah
 
 
                                           Ce que l’homme sait faire
             Un homme est assis sur une pierre, il regarde les bêtes qui bougent
– je grimpe lui dit -l’araignée et avec ses huit pattes elle grimpe sur une branche                                                                                                          
-          Ah ! dit l’homme et qui sait encore grimper ainsi ?
Les sauterelles grises et les grenouilles vertes
 
2- moi, je rampe, dit une limace qui bave sur la terre
-          Et qui sait encore ramper comme toi
-          Les escargots , les vers, les chenilles , les serpents
3- je vole , dit un moineau qui file dans le ciel
-          Ah ! dit l’homme et qui sait voler comme toi ?
-          Les oiseaux , les mouches , les moustiques, les abeilles , les hannetons
-          C’est bien ,dit l’homme
4 - il réfléchit alors un moment ,puis il ajoute :
-          Vous etes de animaux adroits : l’un grimpe , l’autre saute, l’autre rampe
-          L’autre vole ,mais qui sait faire tout cela a la fois
 
 
 
Ce que l’homme sait faire
1-      L’homme répète sa question :
-          Qui donc parmi vous pourrait faire tout cela a lui seul ? grimper ,sauter, ramper ,voler , personne ?
-          Je grimpe…….et il grimpe rapidement au sommet d’un arbre
-          Je saute……… et il saute de l’arbre , sans se faire de mal ,puis il saute un ruisseau , un fossé
2-      Et je rampe…….
Il s’allonge dans l’herbe et il rampe comme un serpent ou une limace
-          Je nage aussi…………
Il plonge dans la riviére, il nage aussi bien que le poisson
3-      Maintenant , dit l’homme, regardez bien , je vole .Il monte dans un avion et il s’envole a grande vitesse , les betes sont toutes en admiration
-          Comme il est fort l’homme ! disent -elles
CE QUE L’ élève de2ème année pourrait faire
1-      Le maitre est assis sur la chaise, il regarde ses élèves qui travaillent
-          Je lis le texte , lui dit Mira
Et en parcourant le texte, elle oralise l’écrit
-           Ah !dit le maitre et qui sait encore déchiffrer ainsi ?
-          Lina et quelque élèves de la classe
2-      Moi, je comprends dit Lina qui observe l’image
-          Et qui sait encore lire un texte comme toi ?
-          Mira et quelque élèves de la classe
-          C’est bien ,dit le maitre .
3-      Je réponds a toutes vos questions , dit ainsi anis qui feuillette son livre d’activités
-          Ah !dit le maitre ,et qui sait encore répondre aux questions comme toi ?
-          Mira et quelque élèves de la classe
-          C’est bien ,dit le maitre.
4-      Il réfléchit alors un moment ,puis il ajoute :
-          Vous étes des élèves droits : l’un déchiffre ,l’autre comprend , l’autre répond aux questions. Mais qui sait faire tout cela a la fois ?
 
                        CE QUE L’élève de2ème année pourrait faire
1-    Le maitre répète sa question :
-          Qui donc parmi vous pourrait rédiger un paragraphe, personne ?
Alors le maitre se lève , montre une étude de texte
-          Je lis tout en comprenant le texte ; ce qui me permet de répondre a toutes les questions de compréhension et il répond rapidement a toutes les questions
-          Je construis une phrase sans faute ,en choisissant les mots qui conviennent et en conjuguant correctement les verbes
Et il écrit au tableau des phrases ,sans faire de faute et en donnant un sens
2-    Maintenant , dit le maitre.Regardez bien , je construis un paragraphe……………….
Je fais des phrases, je lis entre elles sans jamais changer de sujet
Et il rédige le paragraphe a grande vitesse , les élèves sont tous en admiration :
-          Comme il est fort le maitre ! se disent ils.
 
 
 
                         Carte postale de la circonscription+ commentaire
Ali Benmesbah est tète de liste et à la tète de la circonscription
Bel exemple pour tous les enseignants (il a commencé sa carrière comme instituteur ; il est inspecteur et il risque de détrôner l’inspecteur général, qu’il soit sur ses gardes)
Cousin ou pas cousin n’est pas une question
De moi , vous aurez la confirmation
Enseignez toujours avec conviction   
Faites des efforts pour votre formation (j’ai eu une mise en garde :c’est ce qui explique ma ponctualité et mon assiduité)
Gagnez de l’expérience lors de vos préparations
Honorez , adorez votre fonction
Ignorez au quotidien vos préoccupations
Jouez avec l’enfant est l’une   de vos solutions (les verbes ne prêtent pas confusion ; ils sont univoques donc ils maitrisent bien ses objectifs)
Kermesse est sa principale revendication (c’est ce qui explique son attachement à créer des associations)
Lisez chaque jour votre instruction
Maïeutique est la méthode de son inspection ( son silence , étale son savoir
Navigue à chaque occasion
Opportunité à saisir est une obligation
Pour voyager et connaitre toutes les nations
Qui part et revient sans consultation ( risque de diffamation , nous nous excuserons avant que vous alliez plus loin)
Rien ne vaut ce qui nous forme et nous soutient
Se souciant de l’éducation et de l’instruction de ses bambins ( maintenant les choses sérieuses)
Toute note mérite attention
Un demi point est son degré de notation
Via la cellule pédagogique , il relève les intentions
Wagon de la connaissance est souvent emprunté
Xérès ne remplacera  pas la  tasse de café non sucré
Yeux souvent dirigés sur l’enfant et son intérêt
Zone a ne jamais et surtout pas négliger (un rapport de carence est fait aussitôt que prévu)                   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Aujourd'hui sont déjà 3 visiteurs (29 hits) Ici!
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=